Dans tous les cas, il faut absolument arrêter de fumer et de consommer des boissons alcoolisées, ce qui peut parfois nécessiter une aide de spécialistes. 
Les traitements spécifiques sont choisis en fonction de la localisation et de l'extension de la tumeur et peuvent être prescris seuls ou combinés entre eux. Les principaux types de traitements sont résumés ci-dessous :

La chirurgie

Elle s'adresse en général aux tumeurs bien limitées et représente le traitement de choix de certains cancers tels que ceux de la cavité buccale. Pour l'oropharynx, l'hypopharynx et le larynx la chirurgie est également utilisée, soit seule soit associée à la radiothérapie et/ou la chimiothérapie. Outre l'ablation de la tumeur et des tissus environnants, le chirurgien enlève le plus souvent les ganglions concernés, satellites de la tumeur au niveau du cou. En cas de tumeur localement très évoluée, la chirurgie peut permettre de réaliser en une seule intervention à la fois le traitement du cancer ainsi que la reconstruction fonctionelle de la zone opérée par différentes techniques impliquant la mise en place de lambeaux tissulaires. En effet dans ces cas, certains effets secondaires peuvent être liés à la chirurgie avec notamment une ablation d'un organe important pour nouer une vie relationnelle (Cordes vocales, os de la mâchoire, parties du visage..) entrainant de fait des séquelles sur la parole, la déglutition ou encore l'apparence physique. Dans le cas de tumeurs volumineuses obstruant le larynx, le chirurgien peut être amené à réaliser une trachéotomie (qui permet la respiration grâce à un tube implanté au niveau de la trachée) et le patient doit dans ce cas réapprendre à parler avec un orthophoniste.

La radiothérapie

La radiothérapie utilise des rayons X et il s'agit comme la chirurgie d'un traitement local ou à la fois local et ganglionnaire. Elle peut également suivre la chirurgie et débute dans ce cas environ 1 à 2 mois après l'intervention. Les techniques les plus perfectionnées (telle la radiothérapie conformationelle avec modulation d'intensité) permettent de minimiser les effets secondaires sur les tissus sains.

Les effets secondaires peuvent être observés soit pendant la radiothérapie (qui dure en général entre 5 et 7 semaines, à raison d'une séance par jour, 5 jours par semaine). Il s'agit alors de rougeur de la peau, d'inflammation des muqueuses et souvent d'une modification de la consistance de la salive. Ces effets secondaires en général disparaissent dans les semaines qui suivent la radiothérapie, mais la sécheresse buccale peut survenir de façon définitive lorsque les grandes salivaires ont été irradiées.

Dans certains cas très sélectionnés (petites tumeurs accessibles facilement), la radiothérapie peut être appliquée via des sources radioactives placées au contact ou directement dans la tumeur (tumeurs des lèvres ou de la bouche). C'est ce qu'on appelle la curiethérapie.

La chimiothérapie

Il s'agit d'un traitement général administré soit en comprimé soit le plus souvent par voie veineuse, qui traite non seulement la maladie locale, mais également d'éventuelles dissémination tumorales métastatiques à distance. Elle peut être administrée avant la chirurgie et/ou la radiothérapie. Des progrès ont été accomplis dans ce domaine et les médicaments dont on dispose à l'heure actuelle sont de plus en plus efficaces. Les produits les plus utilisés sont le 5FU, les cisplatine et le taxotère. Ils peuvent dans le cas de réponse favorable, contribuer à éviter une chirurgie mutilante lorsqu'ils sont associés à une radiothérapie ce qui permet alors d'éviter la chirurgie. Les effets secondaire sont ceux de la chimiothérapie en général et dépendent des produits utilisés : nausées, vomissements, diarrhée, chute des cheveux (si taxotère), baisse du nombre des globules blancs, inflammation des muqueuses.

De nouveaux traitements généraux apparaissent depuis quelques années que l'on appelle thérapie moléculaire ciblées. Ces traitements sont spécifiques de certaines caractéristiques des tumeurs et peuvent permettre de diminuer la croissance tumorale efficacement. Le plus utilisé d'entre eux est l'Erbitux.